La terrible two made in Mister Papouille


Ma famille / mardi, avril 17th, 2018

Ah ! LA terrible two !

La terrible two de Super Pirate nous avait prise par surprise telle un renard rusé planqué dans les fourrés, attendant le moment propice pour lancer les hostilités. Ce moment ou vers deux ans tu t’émerveilles de chacune des progressions de ta progéniture qui a grandis et n’est plus tout à fait un bébé. Ce moment parfait ou tu baisses la garde car ton tout petit ange devient autonome.

Et la biiiiiim ! Le crise frappe ! Et crois moi elle n’a aucune pitié ! Et tu es quasi foutu si tu n’avais aucunes connaissances de cette étape ô combien indispensable pour ta crevette.

Oui parce qu’au delà des frustrations qui provoquent des ouragans de colère et des torrents de larmes, des « non » à répétition, en bon parents tu n’ignore pas que cette étape permet en réalité à ton tout petit de se forger son caractère, de se reconnaître en tant que personne, de se forger aussi son estime personnelle et e comprendre aussi ou son les limites.
Bon il faut voir les choses du bon côté, ça te permet aussi de tester ta résistance physique, psychique et émotionnelle ! (ironie biensur !)

Bon ok, tu l’auras compris pour Super Pirate, on a morflé ! Mais pour Mister Papouille on était prêt, on s’était équipé et on l’a attendu de pied ferme cette foutu crise !

Et malgré tout on s’est encore fait avoir comme des bleus !

Oui ! Oui ! La crise est sournoise, je vous avais prévenus !

Si pour Super Pirate elle est venu du jour au lendemain, le jour de ses deux ans pour Mister Papouille elle est arrivée tranquillou bilou depuis ses 18 mois. Un peu comme un pote qui s’installe chez toi et qui apporte ses affaires au fur et à mesure…

Mais ce n’est pas sur ce point qu’elle nous a surprise ! Parce qu’on l’a vu venir !

C’est sur sa forme. Non parce qu’avec Super Pirate on avait eu le droit à des heures d’affrontements et des « non » à répétition avec Super Papouille elle est différente.

Lui ne s’oppose quasiment a rien des activités quotidiennes, mettre son manteau ou ses chaussures n’est pas un problème, rentrer ou sortir non plus, manger non plus.
Chez lui ça se manifeste autrement.

Il est du genre a basculé de l’ange au petit diable en deux temps trois mouvements. Du genre effronté, qui ne se laisse pas faire avec un légère tendance a froncer les sourcils et à coller des gnons à son frère s’il n’est pas de son côté. Du genre têtu à faire et refaire les choses même interdites, même sous menace de sanction. Il les fait et les refait encore et encore jusqu’à nous user.

Pour affirmer son caractère, ça, il l’affirme. 

Ca n’est pas toujours simple a gérer mais dans l’ensemble je préfère quand même sa terrible two à celle de son frère. Contrairement a celle de Super Pirate elle ne nous complique pas vraiment le quotidien, ce dont on a pas vraiment besoin en ce moment. Elle complique parfois nos relations car on a pas envie d’être dur avec lui mais quand il s’agit de sécurité (son sujet de prédilection pour braver les interdits) on ne peut être qu’intransigeant.

Pas question de le laisser se mettre en danger !

Pour le moment l’ensemble de la famille ne le vit pas trop mal et puis quand ça devient relou on se rappelle que ça aura une fin et que ce n’est que temporaire… En gros on relativise !

Après tout qu’y a t-il d’autre à faire ?!

 

Une réponse à « La terrible two made in Mister Papouille »

  1. Oh mais on se suit dans les articles sur le Terrible Two ! J’ai sorti le mien dimanche.
    Je compatis tellement !
    D’ailleurs c’est toi qui m’avait rassuré à un moment, donc merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.