Les TAP (ou nouveaux rythmes scolaires) vu de l’intérieur


Perso / vendredi, octobre 3rd, 2014

Comme tu le sais je travaille en école maternelle et voilà bientôt un mois que je pratique les TAP ! Les TAP? Késako?

Mais si tu sais c’est le truc qui a fait la une de tous les journaux télévisés pendant la semaine de la rentrée, on appelle ça aussi les « Nouveaux Rythmes Scolaires » ou « la semaine de 4 jours et demi » ou encore « les TAPsss » comme disent les enfants.

logo-tap

Sur le papier ça ressemble à ça : ce sont des temps d’activités, 3 heures par semaines, prévues pour éveiller les enfants et les ouvrir à des horizons nouveaux, des choses auxquelles ils n’auraient pas accès à l’école ou en dehors. Ces 3 heures d’activités sont placés sur des après midi ou des matinées ou il y avait habituellement école et pour remplacer ce temps perdu d’enseignement on ré-ouvre les écoles les mercredi ou samedi matins suivant les écoles.

On est d’accord l’intention est bonne. Permettre l’accès à de nombreuses activités variées pour les enfants c’est une chouette idée!

Jusque là tout va bien donc! Étudions un autre point de vue, celui des médias.

Voilà à quoi ça ressemble à la télé : on voit des intervenants qui viennent dans les écoles enseignées des choses super, des élèves ravis de découvrir le violoncelle, le yoga, le théâtre ou le tennis, des parents comblés que leurs enfants s’épanouissent au travers d’activités aussi intéressantes que diversifiées et des directeurs d’écoles qui assurent que les enfants sont bien mieux comme ça et qu’ils ne sont pas plus fatigués de se lever un jour de plus ni énervés en fin de semaine. Tout va bien dans le meilleur des mondes alors ! On pourrait même se croire au pays des bisounours par moment.

Voilà maintenant ma vision de la chose basé sur mon expérience des TAP que je pratique depuis un mois. Je ne suis pas seulement spectatrice de tout ça mais belle et bien actrice aussi.

Il faut d’abord savoir que je travaille dans une école privée, hors les écoles privées n’ont absolument pas l’obligation comme les écoles publiques d’appliquer cette réforme. Oui mais chez nous la direction n’a pas vraiment eu le choix. Pourquoi? Car dans la commune ou je travaille l’école privé fait une sérieuse concurrence à l’école publique, car la mairie mets à notre disposition du personnel « gratuit » qui s’occupe de nos enfants le midi et fait un peu de ménage, car l’école bénéficie des mêmes tarifs pour la cantine et l’accueil périscolaire que le public et aussi parce que notre école à un projet de construction et que si on voulait notre permis de construire en temps et en heure on avait tout intérêt à suivre la marche.

Nous sommes donc passé à 4 jours et demi à la rentrée et pour éviter de trop dépayser les enfants (et aussi de faire rentrer n’importe qui dans les locaux) on nous a demandé, à nous ASEM, si on voulait devenir animatrice des TAP pour notre école. Evidemment on ne se voyait pas laisser nos petits à n’importe qui alors on a toutes dis oui.

Et nous voilà embarqué la dedans plus ou moins contre nos convictions, on l’a fait pour l’école plus que pour nous.

Le premier jour, j’ai déjà découvert que l’atelier « sport » que j’avais choisis d’animer (en binôme avec quelqu’un de la mairie) à été supprimer : première surprise. Seconde surprise : je n’ai pas ma classe, j’ai un groupe d’élèves que je ne connait pas et les classes sont plus ou moins mixer selon une organisation qui m’échappe encore. On les emmène à 5 minutes à pieds de là pour faire 15 minutes de coloriages.

Bilan de cette 1ère journée : j’ai un groupe que je ne connait pas et un atelier sans thème ! J’ai envie de dire Yahouuuuu!

Enfin bref les séances s’enchaîne et les activités si attrayantes qu’on voit à la télé ne sont même pas envisageable. Pas d’intervenants et un budget qui frise avec le ridicule (même pas de quoi acheter assez d’attaches parisiennes pour animer un pantin par enfants!).

Après cette première séance j’ai enchaîner les déconvenues. Pour le moment il fait beau alors voilà comment se passe les séances : mon binôme de la mairie prend avec elle une dizaine d’enfants pour faire de la peinture et pendant ce temps la je dois surveiller le reste qui jour dans une cour. J’ai bien tenté de faire quelques choses en organisant une tomate et un chat perché mais au bout de 15 minutes il ne faut pas se leurrer les enfants en ont ras le bol !

Sans compter la sécurité : pour la première séance mon binôme est venu à l’école et ensemble nous avons amené les enfants aux TAP puis ensemble nous els avons ramenés à l’école ou elle s’est ensuite chargé de ce qui allait à la garderie. Ça fonctionnait comme ça pour tout les binômes puis dès la troisième séances ont nous à annoncé qu’on allait dorénavant faire le retour à l’école seulement entre ASEM car le personnel restait sur les lieux des TAP avec ceux qui restaient en garderie. On doit donc se charger de ramener 40 élèves de maternelle à 3 et les faire traverser. Niveau sécurité on a vu mieux.

Cette responsabilité ne me pose pas de problème mais j’aurais aimer qu’on m’en avertisse plus tôt et non que l’on me mettes de la sorte devant le fait acomplis.

Voyant cette organisation bancale j’ai attendus avec impatience la réunion mensuelle pour savoir si on allait avoir plus de moyen ou un autre mode de fonctionnement.

Je n’ai pas pu me rendre personnellement à cette réunion, c’est donc une de mes collègues qui s’est rendus pour nous toutes là bas et ce qui en ressort est tout à fait déconcertant.

Je cite dixit ce qui a été dit durant cette réunion : peu importe ce qu’on fait faire aux enfant durant l’atelier pourvu qu’on les occupe en toute sécurité. On pourrait donc tout aussi bien les laisser dormir ou jouer dans la cour, ça serait la même chose.

Dormir?! Mais oui ça serait pas mal pour ceux qui en ont besoin… Ah ba oui mais non ! Pourquoi? Parce u’on manque de personnel et que ça coûte trop cher d’embaucher. Donc on en ai rendu  privilégier le financier par rapport aux respect des rythmes et aux biens des enfants si je comprend bien. A partir de là je voudrais qu’on m’explique en quoi cette réforme est donc bénéfique aux enfants puisqu’on les prive de leur sommeil non seulement au moment de la sieste mais également le mercredi ou samedi matin puisqu’il doivent aller à l’école.

Hors toute personne censée qui travaille un temps soit peu auprès des enfants sait très bien que la choses primordiale pour l’épanouissement des enfants et leur apprentissage c’est le sommeil.

On marche donc bien sur la tête et on prend vraiment les choses à l’envers. Et tout ça pour quoi? Pour 30 minutes d’activités. Et bien oui ! Parce que quand tu ôtes le temps de rassemblement, celui du déplacement et celui de la mise en place de l’atelier il ne te restes plus grand chose.

Pour le moment, j’ai choisis pour mon atelier, de ne pas leur faire faire de travaux manuels (chose qu’ils font déjà tous les jours en classe), ni de peinture ou autres coloriages. Non ! J’ai choisis de leur faire faire de la motricité douce (type yoga) et de la relaxation.

Je me sent parfois comme le loup dans la bergerie car je travaille pour ces TAP même si je suis contre alors à mon niveau j’essaie de faire changer les choses et si ça ne change pas je peux te garantir que je quitterais mon poste.

Enfin voilà tu connais ma vision de la chose et mon avis sur le sujet.

 

ma breizh family, blog lifestyle de notre famille bretonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.