La phase d’opposition, suite et fin (enfin j’espère!)


Ma famille / mercredi, janvier 28th, 2015

keep-calm-it-s-the-terrible-two-s

Il y a bientôt trois mois je vous parlais pour la toute première fois de la Terrible Two qui régnait chez nous depuis l’anniversaire des deux ans de Mon Petit Pirate. Je te racontais l’enfer quotidien que c’était.

C’est d’ailleurs à ce moment la que je suis entré en contact avec la journaliste pour ma participation à l’émission Les Maternelles.

Il y a un peu plus d’un mois, juste avant les fêtes, je faisais un peu le point avec toi de l’avancée des choses.

Aujourd’hui encore je viens te raconter comment on gère (Ah bon on gère? On dirait pas!) la crise des 2 ans de Mon Petit Pirate et comment se passe désormais la (sur)vie à la maison.

Pour commencer une (peut être) bonne nouvelle : je crois qu’on en voit le bout ! 

En effet après la diffusion de l’émission, j’ai un peu observé notre vie et j’ai remarqué que finalement on n’avait plus vraiment de « non » à proprement dit.

Il recommence à faire les choses facilement (ou alors on a appris à le prendre autrement pour ne pas le froisser…petite chose!) et les bonnes règles instituées avant crise réapparaissent telle la glace pilée à la surface de mon mojito. Les « merci papa, merci maman« , « siteplé » et autre « bonyour » et « auvoir » sont réapparus comme par magie avec en prime un petit nouveau sorti dont ne sais où : « non merci« .

Un nouveau « non » certes, mais bien plus agréable à l’oreille que les « non mais non mais non » de ces derniers temps tu peux me croire !

Enfin bref nous voilà sortis d’une chose mais tout n’est pas réglé, loin de là.

Les crises continuent encore, elles sont bien souvent la suite (logique) d’une frustration. Parfois on désamorce en détournant son attention mais des fois il faut négocier sévère avant que la crise ne cesse. On sent bien que ce n’est pas dirigé contre nous mais seulement contre lui même et quelques choses qu’il n’arrive pas encore à maîtriser ni à exprimer autrement.

On découvre aussi depuis peu son côté obsessionnel (merci qui? merci sa mère! en l’occurrence : moi!), il aime que les choses soient alignées correctement, bien rangés dans un ordre précis et quand les choses ne sont pas faites comme il l’imaginait il sait très bien nous le faire sentir. Il part parfois dans des colères desquelles il n’arrive même plus à se dépêtrer lui-même. C’est tout moi ça… Que veux tu? Les chiens ne font pas des chats ! 

Alors pour essayer de gérer au mieux ses émotions (et les miennes par la même occasions!) et lui apprendre à les reconnaître et les gérer lui-même par la suite, je m’inspire d’un livre qui s’appelle « Au coeur des émotions de l’enfant ». Son auteur, si tu me lis régulièrement, tu la connais déjà puisque je t’en ai parlé dans un précédent billet, c’est Isabelle Filliozat. Comme j’avais adoré le premier livre que j’ai lu d’elle (cf : J’ai tout essayé) , je me suis dit que celui ci ne pouvais pas me faire de mal !!

9782501084499

 

Ce livre est très riche en situations et expériences et permet un vrai travail d’abord sur soi-même pour se remettre au niveau de l’enfant puis sur lui en l’aidant à mieux acceptés ce qui lui arrive. Je ne te dis pas, à toi la mère qui n’en peux plus des crises, que c’est la solution miracle mais ça peut aider, je pense, dans beaucoup de situations à désamorcer les conflits entre enfants et parents et à créer de meilleures relations au sein de la famille.

Oui je sais, c’est le second bouquin que je te présente de cette auteur et je vois déjà la question venir alors je vais éclaircir les choses de suite : Non je n’ai pas d’actions chez l’éditeur, ni chez aucun des revendeurs d’Isabelle Filliozat ! Si je t’en parle c’est que je trouve sa vision des choses juste et non pour un quelconque intérêt commercial !

En plus de toutes ces émotions, il entre aussi dans une nouvelle phase : celle du moi moi moi ! « C’est à moi » ou  »c’est moi« , ça on l’entend à tout bout de champ en ce moment. Il veut tous faire seul et expérimente beaucoup de nouvelles choses, ce qui ne nous déplais pas exceptés quand ça le contrarie.

On passe vraiment de meilleurs moments ensemble ceci dit et on savoure mieux notre vie de famille (enfin pas tous les soirs hein ! Ne te fais pas d’illusions!).  On a découvert récemment qu’il savait compter jusqu’à 10 sans que personne ne le lui ai appris et qu’il adore dessiner.

Ça peut paraître bête mais avec cette foutu crise du non, plus rien n’étais possible sans que ça parte en vrille.

Certes nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge la Terrible Two mais je pense que nous avons franchis un cap, espérons que ce soit le début de la fin ! 

ma breizh family, blog lifestyle de notre famille bretonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.