Bienvenue dans mon cluster – Episode 1


Bienvenue dans mon cluster / lundi, mars 16th, 2020

A l’heure ou la France se réveille, entame son confinement et commence à prendre conscience de ce qui l’attends, petit zoom sur ce que nous vivons déjà depuis bientôt 15 jours avec le coronavirus.

Remontons le temps de 15 jours : L’arrivée du covid 19.

Je dors profondément quand quelques choses remue ma jambe. Après deux semaines à avoir dormis dans un lit une place collé serré avec Petit Lion, je savoure l’espace de mon grand lit. Je dégage ma jambe mais ça insiste et doucement ma tête prends conscience du bruit environnant : la télé en bas, les enfants qui se déplacent et se préparent pour l’école… Ah oui… Ce doit être l’heure que je me lève avant que la femme de ménage arrive. Je finis par ouvrir un oeil et vois Mr Papa qui me dit tient regarde et me tends son téléphone.
Je ne comprend pas tout de suite mais je lis : le coronavirus est chez nous. Il est là dans trois communes proches de la notre dont Auray qui touche la commune ou sont scolarisés les enfants. Les écoles de ces communes sont fermés pour 14 jours. Je ne réfléchis pas bien longtemps. A l’intérieur de moi, ma raison et ma conscience font l’état des lieux de notre situation personnelle.

Nous revenons de 15 jours dans une autre région ou nous n’avons à priori pas été en contact avec un quelconque virus, ce qui n’est pas forcément le cas des petits copains de classes de Super Pirate et Mister Papouille. Je n’ai pas assez de connaissances ni de recul tant sur le mode de contamination que sur les effets sur les enfants et nourrissons en général. Le cul flanquée sur ma luge j’avais bien d’autres choses à faire ces 15 derniers jours. Quelques choses à l’intérieur me conseille la prudence. Je prends la décision de garder les garçons, pour les préserver eux, préserver leur petit frère de 7 mois mais aussi pour me donner le temps de m’informer.

coronavirus

La première semaine.

Durant cette première semaine, je décide de les garder avec moi et je ne peux que constater les changements autour de nous. Les infos tournent en boucles et on n’a jamais autant montré nos petits villages de campagne aux infos qu’en ce moment, à part dans le JT de Jean-Pierre Pernault peut-être. L’épidémie du coronavirus s’étant autour de nous et progressivement d’autre communes sont touchés. Les gens se scindent en deux catégories.

D’un côté les alarmistes qui courent dévaliser les rayons des supermarchés et des pharmacies, se cloître chez eux et sont prêts a agressés tout ce qui bouge et qui ne porte pas un masque et des gants.

De l’autre, ceux que rien n’effraient, qui crient au complot, se targuent de continuer à se faire la bise et à se serrer la main.

Et au milieu il y a ceux comme moi qui se posent la question de savoir ou est le juste milieu. Est-ce que je n’en fais pas trop en confinant mes enfants à la maison ? Est-ce que je n’exagère pas la situation ? Est-ce que au contraire l’Etat prend assez de mesure pour nous protéger tous ? Est-ce que d’ailleurs il faut attendre qu’il le fasse ou devons nous nous protéger nous mêmes ?

Certains me trouve « trop » précautionneuse, que mes enfants ne vont pas en mourir, que j’en fait trop. Pourtant mon instinct me dicte ce que je dois faire et je décide de lui faire confiance. On m’a demandé aussi si je n’avais pas peur de passer pour une « mal polie » à ne plus vouloir de contact… Je répond que je préfère être mal polie que morte… Là encore on trouve que j’exagère ! « Une bise n’à jamais tué personne ! »

Jugée trop précautionneuse, on me dit que mes enfants ne vont pas en mourir, qu’une bise n’a jamais tué personne !

Tout le monde donne son petit avis sur le sujet du « ce n’est rien » à « on va tous mourir » et les débats stériles pullulent sur les réseaux sociaux, je ne savais pas qu’autant de monde avait un diplôme de médecine et les connaissances nécessaires pour émettre un quelconque jugement à l’heure ou même le corps médical n’a pas l’air d’en savoir plus sur le sujet coronavirus.

Beaucoup de questions se posent sur cette première semaine et avec ça les interdiction de rassemblements viennent alourdir l’ambiance pesante à la maison puisque nous voyons l’activité de Mr Papa décroître à une vitesse folle. Son entreprise, revenu principal de notre foyer serait-elle en train de mettre la clefs sous la porte ? Vont-ils laisser des secteurs comme le notre (l’événementiel) coulé sans rien dire ? Le fruit de 4 années d’effort qui commençait à obtenir crédibilité et durabilité aux yeux des banques nous permettant de faire quelques petits projets est-il en train de moisir de l’intérieur ?

Une terrible incertitude règne à la maison et nos relations sont tendues.

De plus les rumeurs et idées en tout genre vont bon train et on ne tarde pas à me regarder de travers lorsque je fais les courses avec mes enfants. Les personnes agées ont peur de nous, ça se voit, ça se sent. A chaque éternuements de Petit Lion les regards inquiets et jugeant se portent sur nous. Une dame d’un certain âge me propose même de passer devant à la caisse avec « mon bébé malade ». Une première ! Au premier abord la proposition à l’air sympathique mais le ton est loin d’être amical croyez moi…

Le week-end arrive et certaines mesures s’allègent pour le bonheur de l’entrepreneur qu’est Mr Papa. Une partie de nous souffle. Mais une autre partie se tourne vers l’Italie et comprend que quelques choses clochent.

coronavirus

La seconde semaine.

La deuxième semaine commence sur les chapeaux de roues avec un nouvel arrêté qui remet à nouveau en péril le carnet de commande de Mr Papa. L’école des garçons n’étant pas fermée, je n’ai aucun suivis pédagogique pour eux. Jusqu’ici j’ai donc dû improviser avec ce que j’avais à la maison et des sources du net mais je ne peux pas continuer de faire louper à Super Pirate. De plus je suis sur les rotules après cette lourde semaine à tout gérer…

Nous décidons à contrecœur de remettre les enfants à l’école. Je sens un soulagement à chaque fois que je les récupère et un stress a chaque dépose. Et c’est encore pire quand je constate dès l’heure de midi, des parents se donner l’accolade et se faire la bise sans aucune retenue… Je me demande à quoi ils pensent et pourquoi ils ne prennent pas plus les choses au sérieux… Ils n’ont aucunes excuses ! Ils ne peuvent pas dire que c’est loin d’eux tout ça puisque c’est dans la commune voisine…

Je ne comprend pas et ça me mets en colère.

Cela ne durera pas bien longtemps puisque dès le soir même un cas est trouvé dans ma commune. Même si nous ne faisons encore partie d’aucun cluster un cordon sanitaire est mis en place sur les communes avoisinantes des cluster, afin de confiner la zone. Ma commune en fait partie, notre école fermera donc ses portes jusqu’au 14.

Certains râlent, disent qu’on en fait trop, trouvent que fermer jusqu’au 14 alors qu’on est le 10 c’est complètement con pour 4 jours…

Moi je comprend que si on ferme jusqu’au 14 c’est certainement pas pour 4 jours mais pour aligner tout le monde sur la même date car nous allons surement fermer les écoles bien plus longtemps que ça… Je me dis que j’étais sur le bon chemin en retirant mes enfants mais maintenant le doute me guette… Et si les enfants avaient été en contact avec le virus sur cette courte journée? Ni une ni deux, je sort le thermomètre et on commence à surveiller la température de chacun dès le lendemain.

Heureusement avec la fermeture vient le suivis pédagogique et ça devient beaucoup plus « facile » pour moi de m’organiser sur les journées et sur les notions à travailler. Je dis facile mais la réalité est tout autre car devenir « maîtresse » du jour au lendemain ne s’improvise pas comme ça, d’autant plus quand la quantité de travail demandé est assez lourde.

Et dès le lendemain c’est une autre mauvaise nouvelle qui tombe. Une personne de notre entourage est considérée comme positive et en confinement chez elle. Mr Papa à été en contact proche avec cette personne. On s’inquiète un peu  pour nous. Beaucoup pour Super Pirate asthmatique et Petit Lion car il n’y a aucun recul pour les nourrissons.

On passe la soirée à faire des recherches sur les risques pour nos enfants et très vite on décide, en plus des recommandations normales, de prendre des mesures d’éviction avec Mr Papa.

C’est décidé, durant 15 jours on ne dormira pas ensemble et il n’aura plus aucun contact physique avec les autres membres du foyer. Ce n’est pas un très gros chamboulement chez nous puisque dès que la gastro ou autre virus frappe à la porte de notre foyer nous avons l’habitude de ces pratiques. Mais cette fois ci l’inquiétude est plus grande…le danger aussi.

La semaine se déroule globalement bien même si l’environnement est extrêmement tendu. Ma patience à des limites très vite éprouvées et je sens poindre le burn out comme une ombre lointaine qui guette. Je sais au fond de moi que ce n’est pas que pour 15 jours et ce qui m’épuise le plus c’est l’incertitude et ce poids de tout les non dits.

Les non dits s’envolent assez vite après un discours alarmiste d’Emmanuel Macron en cours de semaine suite auquel bon nombre de langue se délient des vérités apparaissent : non le coronavirus n’est pas une simple grippe, non le coronavirus ne s’attaque pas qu’aux personnes agées mais aussi aux personnes plus jeunes et sans problèmes de santé, etc…

Petit à petit on en apprend plus et ça fait peur. Vraiment. Mais ce n’est pas suffisant pour que l’ensemble de la population prenne ses précautions.

De notre côté je m’enferme tout le week-end avec les enfants, on coupe les infos et autres sources de stress et on enchaîne les jeux et les films Marvel pour se changer les idées. Apparemment la prise de conscience n’est pas suffisante puisque pendant notre marathon Marvel, la décision de l’état de passer en stade 3 passe. Nous passons en confinement quasi total. On nous demande de limiter tout déplacements ou réunions amicales et familiales et dans le même temps on nous invite à aller voter… C’est à ni plus rien comprendre et c’est un peu dans la confusion que se termine cette semaine.

Il va falloir être forte et résistante même si je me sens déjà au bout du rouleau.

Il va falloir être forte pour supporter la fatigue des nuits à cogiter, le bruit des enfants à la maison, la frustration de ne pas réussir a faire rentrer 48h de taches quotidiennes dans 24h, la patience d’apprendre et d’enseigner comme la maîtresse, absorber les émotions trop fortes des uns et des autres, les craintes de Mr Papa pour notre avenir et toutes les tensions qui vont avec, les questions des enfants qui ne comprennent pas et jouer au tampon au milieu de tout ça. Tout gérer seule, pendant que Mr Papa essais de sauver ce qui jusqu’alors était notre futur.

Soutenir tout le monde et ne pas s’oublier… Tache ardue quand on sait que cette semaine je n’ai même pas réussis à me laver les cheveux. Pourtant c’est une tache à laquelle je vais devoir m’atteler les semaines qui viennent puisque avec le stade 3 qui vient d’être annoncé risque déjà d’être renforcé dans les jours à venir… Adieu la sortie à Brocéliande qui faisait tant envie à Super Pirate… Ce n’est pas grave, on attendra. En cette fin de semaine la seule chose qui m’importe est de protéger les miens.

La suite au prochain épisode…

gestes face aux coronavirus

ma breizh family, blog lifestyle de notre famille bretonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.