Future maman et entrepreneure ???


Perso / jeudi, juin 13th, 2019

Etre une future maman entrepreneure ça veut dire quoi ? ça implique quoi ? Quelles différences avec le régime salarié?

Si vous me suivez sur mes réseaux sociaux vous n’êtes pas sans savoir que depuis Octobre je me suis installé à mon compte. Il y a quelques semaines je vous annonçait sur Facebook ou Instagram que je ne prendrais pas de congé maternité. Revenons plus en détails sur cette situation qui est encore très abstraite pour beaucoup d’entre vous.

En effet, il y a quelques jours un article est sortis pour annoncer l’allongement de la durée du congé maternité pour les indépendantes (entrepreneure = indépendante) et vous avez été nombreuses à me le partager et y voyant un espoir pour que ma situation s’arrange. Hors pour moi cela ne change rien et je vois bien que pour beaucoup d’entre vous la situation reste floue et les tenants et aboutissants de tout cela encore plus flous.

Comment fonctionne le congé maternité des indépendantes ?

En tant qu’indépendantes nous pouvons prétendre à trois prestations différentes :

  • l’allocation forfaitaire de repos maternel
  • l’indemnité journalière d’interruption d’activité
  • l’indemnité de remplacement pour la conjointe collaboratrice (dans le cas ou vous êtes impliqué dans l’auto-entreprise de votre conjoint).

Pour prétendre à ces droits il faut justifier de 10 mois d’activités à la date prévue d’accouchement (ou d’adoption). Si vous ne justifiez pas de cette période, vos droits au chômage ou votre activité salariée précédent votre installation (sous réserve qu’il n’y ai pas eu de coupure) peuvent être étudiés en vu d’une ouverture.

Une fois les droits ouverts ce n’est pas si simple.

Vous pensiez que les choses s’arrêtaient là ? Et bien non. Ouvrir des droits c’est bien beau. Mais pour connaître ce à quoi vous pouvez prétendre il faut d’abord calculer dans quelle tranche vous vous trouvez.

Je vais vous parler essentiellement de mon cas : la micro-entrepreneure ou auto-entrepreneure.

Pour savoir à quels droits prétendre, il vous suffit de prendre votre chiffre d’affaires des 3 dernières années et de lui accorder l’abattement qui vous concerne :

  • 71% pour les activités de commerce, vente et fabrication de bien.
  • 50% pour les prestations de services.
  • 34% pour les activités libérales.

Ensuite deux cas se présentent. Le montant restant est :

  • inférieur à 3919.20€
  • supérieur à 3919.20€

Quels droits pour quelle tranche ?

Pour la tranche inférieure à 3919.20€ vous aurez le droit à :

  • allocation forfaitaire de repos maternel : 337,70€
  • indemnité forfaitaire d’interruption d’activité : 5,551€ / jour

Pour la tranche supérieure à 3919.20€ vous aurez le droit à :

  • allocation forfaitaire de repos maternel : 3 377€
  • indemnité forfaitaire d’interruption d’activité :  55,51€ / jour

Et la durée dans tout ça ?

Et bien la durée vient tout juste d’être allongé pour que ce congé devienne égalitaire entre salariées et indépendantes.

Mais entre nous soit dit, quand on vous donne à peine 150 euros par mois pour faire vivre votre famille, la durée, vous n’en avez pas grand chose à faire…

Ceci dit je comprend tout à fait que certaines y voit là une véritable progression. Là encore c’est du cas par cas !

Ce qui me révolte ?

Ce n’est pas tant le fait de devoir cotiser ou non pour y avoir le droit car tout le monde cotise, y compris les salariés. C’est normal !

Non ce qui me révolte c’est cet écart entre les tranches, le fait qu’il n’y ai pas plus de paliers dans la mesure de l’indemnité qui sera versé. C’est quand même incroyable que pour quelques euros manquants vous passiez à côté de plus de 3 000 euros pour l’allocation forfaitaire de repos maternel et de 50 euros par jour pour l’indemnité d’interruption d’activité !!

Avec un tel système il ne faut pas s’étonner de voir des femmes fermer leurs activités pour retourner dans un système salarial ou elles avaient cotisés auparavant.

Comment voulez vous faire vivre une famille avec 5,50€ par jour ??? On est pas dans Pékin Express !

Imaginez vous bien le dilemme qui se pose chaque jour pour des personnes dans mon cas qui doivent choisir entre travailler et s’épuiser à la tache jusqu’à l’accouchement et reprendre tout de suite derrière ou prendre le congé et s’aborder sa famille financièrement ? Comment vit-on la chose psychologiquement de se dire que nous ne seront jamais en « congé »? Que nous devrons répondre aux clients jusqu’au bout ?

Je suis choquée par l’inégalité de la chose, l’injustice que ça représente, non pas entre les femmes, mais pour les femmes tout court !

Pas étonnant qu’on entende ensuite lors des formations et des stages de préparation à l’installation que le pourcentage d’entreprises ouvertes par des femmes qui ferment dans les trois premières années est plus important que celui des entreprises ouvertes par des hommes.

Vous savez ce que ça renvois comme image ? Que les femmes entrepreneures sont moins fiables ! Que leurs projets sont moins viables !

Et vous savez ce que ça entraîne ? Une méfiance des banques, des assureurs et ça mets clairement des bâtons dans les roues des femmes qui essaient d’entreprendre.

Et moi ça me révolte ! Bien sur que toutes les fermetures d’entreprises ne sont pas liés à une maternité mais il y a bien d’autres cas de couvertures maladies équivalents à ce que je viens de vous exposer qui peuvent se présenter dans la vie d’une femme.

En outre au travers de ce que je viens de vous expliquer, j’ai la nette sensation que la femme qui entreprend et souhaite avoir des enfants à intérêt de cartonner sinon ce n’est pas la peine. On demande donc aux femmes de bien réfléchir et de savoir ce qu’elles veulent : être mère ou être entrepreneure. On me l’a clairement dit lors de mon installation : « ne faites pas un enfant tout de suite, ce n’est pas intéressant ! ». Depuis quand fait-on des enfants par intérêt ? Et je trouve ça honteux.

Est ce qu’on demande aux hommes s’ils veulent être père ou chef d’entreprise ? Non !

Et pour avoir regarder rapidement ce qu’il en était du congé paternité, chez les hommes pas de tranches… Ça laisse songeur !

 

ma breizh family, blog lifestyle de notre famille bretonne

4 réponses à « Future maman et entrepreneure ??? »

  1. L’administration Française !! Indépendante également (infirmière libérale), contrairement à toi, normalement je vais avoir une rémunération correcte… enfin si mon dossier passe à la CPAM, ce qui depuis un mois n’a pas l’air d’être le cas, mais penses-tu qu’ils t’appellent ? Non tu dois sans cesse relancer ! Mais quand je vois ton article je me considère chanceuse, car mon statut me permet d’être Indemnisée.. enfin Normalement…
    bon courage, pas évident de vivre sa grossesse sereinement quand tout ces paramètres rentrent en compte !

  2. Oh comme ça me parle ! Merci pour ton article que je partage complètement ! Je suis moi même enceinte de 5 mois et en création d’entreprise, et il semblerait que je doive faire un choix… que je choisis de ne pas faire ! Merci encore et prends soin de toi

  3. Mais j’en reviens pas de cet écart monumental entre les tranches ! J’ai cru que tu t’étais trompée avec les virgules…
    Je savais que ce n’était vraiment pas facile de devenir maman en étant indépendante mais ton article me fait peur… À quand une égalité entre salariées et indépendantes ? Vivement que l’on considère à leur juste valeur les femmes qui souhaitent être chef d’entreprise. Qu’on les considère et les soutienne !

  4. Indep moi même (mais en EIRL, je déconseille AE pour une activité principale), j’ai eu la sensation de mieux gagner ma vie pendant mes congés maternité. Oui, je suis dans la tranche au dessus de 4000€ de BNC.
    Ce qui me choque, c’est qu’en étant AE depuis si peu de temps cela ne prenne pas en compte ton temps de salariat. Pour ma première grossesse, je n’étais à mon compte que depuis 1 ans et j’ai pourtant touché les sous.
    Par contre, je n’ai jamais eu de prime de naissance : la CAF intègre dans ton revenus une grande partie de tes quotisations sociales… et se base sur ton revenu de l’année N-2. Or je gagnais bien ma vie avant d’être indep’
    .
    Pour résumer, la liberté d’entreprendre coûte cher !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.