Cette année, peut être …


Perso / lundi, juin 30th, 2014

DSCN4522

C’est toute pleine d’émotions que je viens te parler aujourd’hui.

Ce matin je me suis levé et je l’ai tout de suite sentie, elle était la  au creux de moi. Elle n’est pas arrivée hier, non. Elle doit être la depuis plusieurs jours maintenant. Mais avec l’effervescence des derniers jours, les examens, la kermesse de l’école, la pré-molaire de Mon Petit Pirate (je vous raconterais ça d’ici la fin de la semaine) je ne l’ai pas vu arriver ni s’installer.

Et pourtant elle est bien la dans mon ventre, pesant de tout son poids et me tirant les larmes au yeux dès le réveil. Elle est la et tire la sonnette d’alarme en me disant que c’est le moment de s’inquiéter un peu.

Elle est là, belle et bien là, la boule que j’ai dans l’estomac.

Elle m’a empêché de déjeuner ce matin et à l’heure ou je t’écris mon repas de midi refroidis doucement dans mon assiette car je n’arrive pas à le manger. Dehors il pleut et la pluie sur le velux résonne comme un echo à mon moral.

Un mélange de tristesse et de nostalgie m’a intégralement envahit depuis que j’ai posé un pieds par terre. Tout remonte doucement, comme pour faire un bilan.

Quand je suis entré dans la classe ce matin, je les ai tous vu, là, tout grands qu’ils sont maintenant. Je les revois en début d’année, encore un peu des Moyens quelques part et je les vois aujourd’hui, ce sont de vrais CP. Ils ont bien grandis mes petits humains!

Cette année est passé à la vitesse de l’éclair. Je n’ai rien vu, rien entendu et cette semaine, cette dernière semaine, est pour moi le moment de faire le bilan de cette année et de mon expérience dans l’école.

J’ai passé une année formidable, avec une instit formidable et des enfants eux aussi formidables. Cette année à été une révélation pour moi. J’ai enfin trouvé ma voie ! Une voie dans laquelle je me sens bien, épanouie et ou j’ai envie d’avancer.

Tu dois te dire « Mais pourquoi elle est triste alors? ».

Je suis triste parce que ces moments sont c’est sur les derniers que je passe avec cette classe mais c’est peut être aussi les derniers moments que je passe dans l’école. A l’heure actuelle je ne sais toujours pas si on me garde ou pas, la commission qui statueras sur les moyens financiers et humains de l’école n’aura lieu que vendredi après la dernière après midi de classe des bout de choux.

J’irais donc avec eux jusqu’au bout sans savoir.

Je n’ai pas envie de les quitter, de les laisser. Je me suis attaché à eux.

Alors ce matin j’ai pris le temps de les observer chacun, en me disant qu’ils ont été la, sans le savoir, pour m’aider à me révéler ma voie. J’essai de les imaginer dans 5 ans, dans 10 ans, dans 20 ans,… Je les imagine ados, adultes, parents,… Je me dis et j’espère les avoir marqué au moins autant qu’eux m’auront marqué.

Je me souviendrais de leur prénom et de leur tête bien longtemps et tans pis si dans quelques années en ouvrant leur photo de classe de grande section il me regarde en riant avec leurs amis en disant « Comment elle s’appelais elle déjà? ».

Il n’y a pas que moi qui suit émue, l’instit avec qui je suis aussi. On l’a compris toute les deux quand nos regards ce sont croisés ce matin. On le sait que c’est notre dernière semaine ensemble et je pense quelle aura un gout tout particulier pour elle comme pour moi, nous les deux petites nouvelles de l’école.

On a vraiment mené la barque ensemble cette année et je sais quelle aussi va beaucoup me manquer, plus qu’une collègue c’est devenue une confidente, ma binôme, mon amie.

Alors comme le font les amis, on va se serrer les coudes encore pendant 7 jours, on va détacher un à un les dessins des enfants des murs, les rouler et les mettre dans les cartables, on va refermer les cahiers et les rendre aux parents, on va ranger les jeux et nous allons laisser nos oisillons s’envoler.

Maintenant tu comprends mieux pourquoi j’ai la boule au ventre et que je suis empreinte de nostalgie.

Outre cette réponse que j’attend je réfléchis et me demande si je n’ai pas envie d’aller voir ailleurs pour m’épanouir encore plus et peut être même évoluer.

J’aurais pu t’écrire ce billet vendredi après la réponse finale mais je ne sais pas si j’en aurais eu le courage. J’ai eu la gorge serré tout le long de ma rédaction et les larmes sont arrivés aux bords de mes paupières un bon nombre de fois. C’est d’ailleurs pour ça que je ne ferais pas de relecture sur ce billet pour éviter de ruiner mon maquillage.

Cette année, peut être… que c’était la dernière. Voila c’est dit.

 

ma breizh family, blog lifestyle de notre famille bretonne

2 réponses à « Cette année, peut être … »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.