3ème grossesse : un premier trimestre haut en couleur !


Perso / vendredi, février 8th, 2019

Après deux grossesses, tu te dis qu’une troisième ça va être la routine, un long fleuve tranquille, une promenade de santé. Mais que nenni ! La nature arrive encore à te surprendre. Retour sur mon premier trimestre !

Une fatigue insurmontable.

Dès le début de ma grossesse j’ai ressentis de la fatigue. Mais après tout n’est-ce pas normal ? C’est une troisième grossesse, je n’ai plus vingts ans et de surcroît elle a débuté en plein automne, période ou je suis habituellement très fatigué. Mais petit à petit c’est devenu de pire en pire. Non seulement j’étais fatigué mais en plus pendant environ un mois et demi, il m’était impossible de m’endormir avant 3h du matin.

Le résultat était atroce et je ressemblais plus à un zombie qu’à autre chose, errant comme une âme en peine la journée et tournant en rond dans mon lit la nuit. Je luttais pour accomplir les tâches quotidiennes et me limitait essentiellement à m’occuper des enfants.

Au bout d’un moment j’ai réussis a retrouver un sommeil à une heure convenable mais la fatigue n’a pas disparue pour autant. Même avec toute la bonne volonté du monde, et malgré des nuits de 8h ou 9h, je pique bien souvent du nez en début d’après midi ou en fin de journée pour une sieste d’une heure ou deux.

Je pensais que cette fatigue se tasserait avec la fin du premier trimestre mais je crois bien que je vais devoir compter dessus tout au long de la grossesse.

Je n’ai jamais vécu une fatigue aussi intense pour mes précédentes grossesses. Pour Super Pirate je me sentais très bien et j’étais un peu plus fatigué pour Mister Papouille mais rien d’aussi épuisant. Si bien qu’on a cru pendant presque trois mois que j’attendais…

Des jumeaux.

Non ! Non ! Tu n’hallucines pas ! Il y a eu plusieurs « coïncidences » qui nous ont poussés à croire que j’attendais peut être bien deux bébés. Cette fatigue atroce et d’autres symptômes bien plus exacerbés que pour mes deux premiers. Sans compter un ventre qui s’est arrondis tous de suite et mon médecin qui a « tiqué » sur mon taux plus élevé d’hormones HCG que pour mes autres grossesses. La seule chose qui ne coincidait pas était ma prise de poids, nulle jusque là, mais je sais aussi combien le corps peu se retenir tant que rien n’est officiel.

De surcroit ma grossesse et son évolution ne concordait pas avec l’emploi du temps de ma gynéco, je n’ai donc pas eu de rendez-vous pour dater la grossesse. Au début, ça ne me dérangeait pas plus que ça, après tout ce n’était pas comme si c’était la première fois que je tombais enceinte mais au fur et à mesure, ces douzes semaines dans l’incertitude sont devenues interminables.

Nous n’avions qu’une hâte, savoir combien il y avait de bébé. Choisir de faire un petit troisième et dernier bébé et se retrouver avec deux enfants en plus, ce n’est pas rien. Nous nous sommes donc préparé à l’idée jusqu’au jour ou nous avons découvert qu’il  n’y a avait qu’un seul bébé et surtout un petit coeur battant sur l’échographie.

Des nausées…pas seulement matinale.

J’avais découvert les nausées avec la grossesse de Mister Papouille puisque je n’en avais pas eu pour Super Pirate. Il faut croire que plus j’accmule les grossesses pire sont les nausées car pour celle ci j’ai vraiment été terrassée. Non seulement j’étais dégouté par un grand nombre d’aliments, notamment la viande et tout ce qui comporte du gras en général, mais aussi par des odeurs et la simple vue de certains aliments.

Je ne compte pas le nombre de fois ou je me suis retrouvée, penchée au dessus de mes wc, ou simplement à quatre pattes par terre respirant aussi fort que possible pour éviter que le peu de nourriture que j’arrivais à absorber reste dans mon estomac. Et ce plusieurs fois par jour et n’importe quand dans la journée. Je te laisse imaginer comme ça n’a pas arrangé ma fatigue.

Et maintenant…

Je termine mon premier trimestre et les nausées m’ont enfin laissé tranquilles depuis une bonne dizaine de jours et j’ose espérer que cela va continuer ainsi. En revanche la fatigue n’a pas décidé de me laisser tranquille et comme je te le disais plus haut, je pense que comme c’est partis elle va m’accompagner encore un bon moment.

Et puis depuis quelques jours, on m’a diagnostiqué semble-t-il un diabète gestationnel, je sens donc que ce second trimestre ne va pas être un fleuve tranquille lui non plus.

Bref Mr Papa s’inquiète qu’après celui ci j’ai une envie de petit quatrième mais je l’ai rassuré celui ci sera bien notre petit dernier, je ne crois pas être capable de survivre à un quatrième grossesse comme celle ci !

PS : Sans méchanceté aucune, à celles et ceux qui auraient envie de me dire que tout ça est temporaire et de profiter, je le sais. C’est ma troisième grossesse, je sais bien que ça ne va pas durer mais je vis le moment présent et pour le moment je ne profite pas de grand chose d’autres que de mon oreiller et de la douce odeur de ma cuvette de toilettes donc soyez gentils, je relativise au maximum, pas la peine de me faire culpabiliser un peu plus.

 

 

Une réponse à « 3ème grossesse : un premier trimestre haut en couleur ! »

  1. Je rigole en lisant ton article car pour ma troisième grossesse, j’ai eu des jumeaux !!!!! Mais pour te rassurer (ou pas), le premier trimestre je n’ai pas ressenti une fatigue démesurée. Le ventre s’est certes arrondi plus vite (mais je crois que c’est souvent le cas quand on a eu plusieurs grossesses. ) Et j’étais plus vite essoufflée.

    Je te souhaite de pouvoir retrouver un peu d’énergie car je me doute qu’avec deux petits loulous ça n’aide pas pour se reposer. Bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.