Nantes – Brest #10 – Du Roc Saint André au lac de Guerlédan

Samedi 15 Avril – Jour 5

Roc Saint André – Rohan – 48km

En ce cinquième jour, nous nous levons tous de bonne heure et de bonne humeur ! Nous avions le ventre bien plein et il n’a pas fait froid durant la nuit, résultats, nous avons tous bien dormis et d’une seule traite. C’est agréable !

Nous déjeunons tous ensemble et nous préparons l’étape du jour en même temps.

Mauvaise surprise au moment de charger les remorques, ma roue est à nouveau dégonflé. Mr Papa change donc ma chambre à air sous le regard de toute la famille.

Sitôt réparée, sitôt chargée ! Les enfants sont bien en place et au chaud et nous décollons rapidement sous un temps un peu couvert avec une légère pluie (la bruine comme on dit chez nous).

nantes-brest

Ce matin la route est agréable et ça roule bien. Nous prenons notre temps dans ce calme d’autant plus que nous avons le pic-nique avec nous et donc pas besoin de trouver un endroit ou nous ravitailler pour ce midi.

Vers midi et demi nous arrivons à Josselin. Les enfants qui ont dormi un peu dans la remorque ce matin sont émerveillés devant le château, surtout Super Pirate en pleine période « chevalier » avec ses copains !
Nous l’observons quelques minutes puis nous repartons trouver un endroit ou manger. Mr Papa étant déjà venus travailler à Josselin croit se souvenir d’une aire de jeux de l’autre côté de la ville.

nantes-brest

Nous traversons donc la ville quand nous voyons sur l’autre rive un joli parc avec une aire pour les enfants, Mr Papa n’étant pas sur de lui à 100%, nous choisissons de faire demi-tour pour traverser le pont et aller pic-niquer dans ce joli parc.

La ville est belle avec ses maisons à colombages et nous donne envie de prendre notre temps. Nous mangeons donc tranquillement puis pendant que Mr Papa donne son repas à Mister Papouille je m’embarque dans une partie de cache-cache infernale avec Super Pirate. Les cachettes sont nombreuses, Super Pirate fait preuve d’une sacré imagination pour se cacher, nous rigolons bien et passons un super moment tous les deux.

nantes-brest

Comme toutes les bonnes choses ont une fin il faut repartir et manifestement c’est un peu dur pour Super Pirate qui serait bien rester jouer encore un peu ici mais comme nous ne savons pas encore ou nous dormons ce soir, il faut repartir.

Finalement nous sortons de la ville sans jamais trouver l’aire de jeux à laquelle Mr Papa pensait et les enfants rigolent comme des tordus dans leur remorque.

La route est super praticable et le soleil sort de ses nuages, l’après midi est très agréable… Enfin pas pour Mr Papa qui souffre atrocement à cause de sa selle.Il n’a pas voulu de rembourrage en gel avant de partir et je crois qu’il le paie assez cher.

Nous ne nous arrêtons pas tout de suite car les petits loups dorment bien et nous ne voulons pas couper leur sieste. Nous roulons donc tranquillement en faisant des petites pauses de quelques minutes régulièrement pour boire, grignoter des gourmandises, marcher et aider Mr Papa à mieux supporter la douleur.

Dès que les enfants se réveillent, on s’arrête au bord d’une écluse. On en profite pour faire quelques photos. Nous n’en sommes qu’à la moitié de notre voyage Nantes-Brest mais nous avons bien l’impression que nous n’aurons pas la chance de voir de bateau passé d’écluse alors nous expliquons comment cela fonctionne à Super Pirate.

nantes-brest

Mister Papouille se sent en confiance et tente à nouveau de se mettre debout et il tient de mieux en mieux. Si bien que quand je m’approche de lui pour le féliciter, il se lance et fait ses premiers pas pour se jeter dans mes bras. Nous sommes tellement fiers de lui et émus à la fois.

Après plusieurs essais, il fatigue et nous décidons de repartir. Nous roulons tranquillement jusqu’à Rohan ou nous avons prévu de nous ravitailler et de prendre le goûter.

Encore une fois c’est un village très charmant à l’arrivée. C’est fleuris, c’est vraiment joli et ça donne envie de s’y arrêter.

Nous traversons le village jusqu’au magasin d’alimentation et sur la route nous repérons une crêperie. Une fois dans le magasin c’est la désillusion… Il n’y a que très peu de choix (surtout au niveau des sandwichs et salades), très peu de petits formats (bouteilles de 2l) et surtout ça coûte un bras ! Je ressort de là dépité avec mes deux repas et à peine de quoi grignoter sur la route… S’il y a bien un truc qui me réconforte en cas de douleur au corps ou au moral c’est le grignotage alors là je me dis que ça va être difficile…

Après les emplettes de Mr Papa, je suis toujours aussi dépitée et je n’ai pas envie de rester là, nous trouvons donc un parc pour prendre le goûter. Je dévalise le paquet de pitch et regarde Mister Papouille essayer de se mettre debout pendant que Mr Papa et Super Pirates font les zouaves sur les jeux.

Après le goûter nous sommes d’accord sur le fait qu’il faut repartir pour trouver un coin ou dormir car nous ne voulons pas rester plus longtemps sur Rohan. J’ai froid et j’ai vite envie de trouver un endroit ou nous pourrons nous installer histoire d’oublier le mauvais butin du jour… Tant pis pour la crêperie, nous décollons !

Nous pensions trouver une maison éclusière ou nous installer mais après 4 ou 5 km, on se rend vite compte que les maisons sont complètement closes. Nous cherchons donc un endroit pas trop loin de la route en cas de pépin, suffisamment plat pour installer la tente et tout de même au calme.

nantes-brest

Nous nous installons finalement en « sauvage » quelques kilomètres plus loin sur une échelle d’écluses (écluses en enfilade) près d’une maison habitée et d’une aire de camping car.
Mr Papa monte la tente en un temps record (10 minutes montre en main) pendant que nous nous promenons avec les enfants et que je galère à vous poster une vidéo tellement la connexion est mauvaise.

La soirée ne s’éternise pas, après près de 50 km dans la journée tout le monde est cuit. Nous mangeons et tout le monde file aussitôt au lit.

Dimanche 16 Avril – Jour 6

Rohan – Mûr de Bretagne – 48 km

La nuit n’a pas été fabuleuse contrairement à la veille. Nous avons tous eu froid et les enfants se sont réveillés. Je n’ai que très peu dormi et j’ai déjà mal partout avant même de monter sur ma selle. Je n’ai plus rien à grignoter dans mon panier… La matinée ne s’annonce pas bien, je suis moyennement de mauvaise humeur !

Nous déjeunons et les enfants ne sont pas de très bonne humeur non plus. Une fois le matériel remballé nous partons sous de belles éclaircies… Mais nous nous arrêtons rapidement car ma roue est à nouveau à plat !

Cette fois Mr Papa démonte mon pneu et répare ma chambre à air directement avec les rustines qu’il a emportées et teste ma chambre à air dans l’eau… Plus aucune fuites, ça devrait donc le faire.

Une fois ma chambre à air remonté nous reprenons notre chemin. Et quelle surprise !

Pendant que Mister Papouille fait la sieste la route défile à une vitesse folle car nous enchaînons des échelles d’écluses descendantes et c’est un vrai bonheur. SI nous descendons les échelles, mon moral, lui, remonte aussi à grande vitesse de ne pas souffrir physiquement !

nantes-brest

Nous roulons tellement bien que nous avons avalé quasiment la moitié de notre parcours et nous sommes à Pontivy avant midi. Mr Papa nous guide dans la ville et se rappelle d’un Kebab dans une petite rue. Magie : il est toujours là ET ouvert !

On prend à emporter et on file manger dans un super parc sous un beau soleil ! J’oublie vite le mauvais départ du matin et profite du moment avec mes trois hommes. C’est calme, on s’est régalés, le grand joue tranquillement au bord de l’eau et le petit gambades dans l’herbe épaisse. On ferait presque une sieste au soleil… Si nous n’avions pas encore plus de 20 km à faire.

nantes-brest

J’en profite quand même pour mitrailler les enfants avant de les crémer. Mister Papouille prends son doudou et remonte de lui même dans la remorque, c’est le signal de départ pour nous.

Le début d’après midi se déroule aussi bien que la matinée mais nous commençons à être rodé et nous ne sommes pas dupes. Nous savons bien que quand une demi journée se passe aussi bien que le matin c’est rare que ça dure très longtemps. Nous profitons donc à fond de cette belle route et on roule jusqu’au barrage de Guerlédan.

nantes-brest

L’arrivée juste avant le barrage est impressionnante, on se sent vraiment tout tout petits et la grandeur la nature m’impressionne au plus haut point. Le barrage lui est impressionnant mais inaccessible derrière ses hates grilles EDF. Nous ne faisons qu’une brève halte pour l’observer puisque Super Pirate s’est assoupis au moment ou son frère se réveillait de sa sieste.

nantes-brest

Nous ne sommes plus très loin du camping mais pour l’atteindre il faut monter et comment dire…? Je crois que c’est l’une des pire montées de ma vie que j’ai eu à faire à vélo.

J’ai regardé, le sourire aux lèvres, Mr Papa, bien décidé à la franchir sur sa selle et non en marchant. Je me suis lancée à mon tour, à pied. C’était dur mais je ne me suis pas arrêté, j’ai marché jusqu’au virage. Mais au virage, j’ai découvert la suite de la route et réalisé que je venais de donner toutes mes forces pour gravir seulement un cinquième de la côte.

Alors petit pas par petit pas j’ai avancé doucement et j’ai forcé car tout partait en arrière et bien souvent ma roue arrière de vélo ne touchait plus le sol. Parfois j’étais même obligé de courir sur 3 ou 4 pas pour avancer car même en marchant sur le bitume mes chaussures ne tenaient plus.
Mon coeur bat si fort à ce moment là que s’en est presque douloureux et j’ai l’impression que je vais le vomir.

Je transpire comme je n’ai jamais transpirer, je donne tout mas je n’en peux plus, cette côte est tout bonnement atroce. Je vois finalement Mr Papa venir vers moi en courant au trois quarts de la côte. Il m’aide à finir la montée.

Mais en réalité la côte n’est pas vraiment finie et ça continue de monter pendant plusieurs centaines de mètre et même si la pente est moins drue j’ai les jambes en feu et le moral qui flambe. Je me souviendrais longtemps de cette étape du périple Nantes-Brest !!!

Nous arrivons finalement au camping « Le point de vue » qui porte bien son nom puisque nous sommes complètement de l’autre côté du lac et nous voyons le barrage. Nous réalisons ce que nous venons de monter et ça nous parait incroyable.

nantes-brest

Le camping est bien mais encore une fois dépourvus de tout services annoncés. Nous déboursons quand même une petite fortune pour faire une lessive (ou on doit laver le principal car tout ne rentre pas dans la machine) et un tour de sèche linge.

Pendant ce temps Mr Papa part en ville tirer du liquide car le camping ne prend pas la carte et nous n’avons le chéquier avec nous. De notre côté on explore un peu les environs et on fait quelques photos de la vue. Nous partons aussi avec Super Pirate à la découverte du camping. Nous en faisons rapidement le tour car la seule aire de jeux comporte deux ou trois jeux déjà occupés.

Nous redescendons à notre emplacement pour sortir le linge de la laverie. Quand le linge sort de la machine, il n’est pas sec et c’est la mauvaise surprise car nos serviettes de toilettes en font partis et tout le monde attends pour prendre sa douche.

Avec Super Pirate on étend donc tout le linge aussi vite que possible pour profiter des derniers rayons de soleil. Je me sens sale et je n’ai pas envie de me coucher comme ça.

Mr Papa rentre assez vite et même si les serviettes ne sont pas entièrement sèche c’est quand même mieux alors nous filons laver les enfants. Il part de son côté avec Super Pirate et moi comme il n’y a toujours pas de sanitaires bébés, je file dans la laverie pour laver Mister Papouille. Il y a un bac à linge, pas super profond mais ça fera l’affaire et surtout avec les deux machines qui ont tournées il y fait un peu plus chaud que dans les sanitaires. On se dépêche quand même car ce n’est pas le sauna non plus…

Une fois que les enfants sont lavés, ils vont manger dans la tente pendant que Mr Papa se lave et que j’essai de déterminer ce qui est sec et ce qui ne l’est pas.

Au retour de Mr Papa, c’est mon tour de me laver et les sanitaires ne sont vraiment pas pratique. La douche faite d’un seul bloc fait qu’on ne peux pas être au sec, l’eau envahi le bloc complet de plus la chaleur n’est pas hyper constante. Je me lave donc vite fait et enfile une première couche de vêtements pour pouvoir au moins sortir de la cabine.

nantes-brest

Une fois sortis je peux prendre mon temps pour enfiler mes couches de vêtements pour la nuit car je sens qu’elle va être froide.
De retour à la tente, Mr Papa est en train de finir de manger et les enfants sont déjà couchés. Je grignote un truc vite fait et vais me coucher près des enfants. Je traîne sur Instagram et Facebook pour lire tout les encouragements. Ce soir j’ai particulièrement besoin de booster mon moral car avec tous le linge humide dans la tente je suis sur que je ne vais pas avoir très chaud…

La suite au prochain épisode…

Voilà pour deux jours, si vous voulez savoir comment s’est passé le début de notre aventure :

  1. De Nantes à Guenrouët
  2. De Guenrouët au Roc Saint André

Si notre aventure vous plaît n’hésitez pas à partager, liker, commenter autant que vous voulez !

ma breizh family

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *