Back to school for Super Pirate

Le stress… La boule au ventre… Je me tourne et me retourne douze milles fois dans le lit… Le sommeil ne vient pas, c’est l’angoisse…

Voilà comment je me sentais dimanche soir avant cette nouvelle rentrée pour Super Pirate.

J’étais tellement stressée la vieille de sa toute première rentrée, je me revois avec mon bidon abritant son petit frère, me tracasser de savoir s’il se fera des copains, s’il n’est pas trop petit pour se jeter dans le grand bain, craignant qu’on n’abîme mon tout petit…

Je ne pouvais pas deviner que mes craintes se réaliseraient… Malheureusement… Alors après un été riche en évolution, un été passé à booster sa confiance en lui, un été à se battre pour le remonter et lui faire comprendre que ça ne sera pas toujours comme ça, j’étais angoissée et sans doute bien plus qu’avant sa première rentrée.

Je n’ai rien montré et j’ai mis tout l’enthousiasme possible dans cette première journée !

Lui, a bien dormit (Si ! Si ! J’ai vérifié !), s’est levé de bonne humeur, à bien pris son petit déjeuner et s’est habillé avec entrain. Il s’est brossé les dents avec énergie et, baskets aux pieds et sac Georges sur le dos, il est monté fièrement dans la voiture. Et moi je souriait nerveusement et en faisait des caisses pour cacher mon angoisse.

On s’est garé pas trop loin de l’école. Toute la famille est descendue de la voiture et je les ai laissé passer devant, main dans la main avec Mr Papa. Super Pirate sautillait. Moi c’est mon coeur qui faisait des bons !

rentrée 2017

Et puis on est entré dans l’école et comme un coquillage, mon tout petit s’est refermé. Puis on est allé vers sa classe et nous avons déposé son sac sur son porte manteau. Il s’est retourné vers moi et m’a dit « Non maman, je ne veux pas aller dans cette école… ».

J’avais tellement peur que cette rentrée est ré-ouvert la cicatrice de l’an dernier. J’étais prête à le prendre dans mes bras et à le ramener à la maison.

« Tant pis si je ne suis pas faite pour ça, je lui ferais l’école à la maison  ! » a dit mon coeur.

« Rassure le ! » a dit ma raison.

Alors je l’ai serré fort contre moi pendant tout le discours d’accueil, respirant son odeur puis je l’ai emmené dans sa classe.

Il ne voulait rien faire. Pas de jeux. Pas de dessins. On s’est quand même approché de la caisse de petites voitures et progressivement, il est allé jouer. Dans la caisse il a trouvé son bonheur et sur le tapis, un copain de jeux. Un nouveau comme lui.

J’aurais pu rester des heures mais Mr Papa m’a ramené à la raison. Il l’a senti, lui, que c’était le bon moment, celui ou on pouvait à nouveau le laisser battre de ses propres ailes. Alors doucement nous sommes sortis de la classe. On l’a regardé une dernière fois et il nous a fait un signe de la main avec un grand sourire.

J’ai pris ma peur sous un bras et mon stress sous l’autre. J’ai fait un grand sourire et lui ai articulé sans qu’aucun son ne sorte de ma bouche un « je t’aime« .

J’ai fait douze millions de choses dans la matinée pour ne pas penser…

A midi, ma boule au ventre avait sans doute la taille d’une pastèque cachée derrière mes abdos pendant que j’attendais pour le récupérer. C’est tout sourire qu’il m’a rejoint et qu’il m’a dit : « Tu avais raison maman. Cette école elle est géniale ! Je veux toujours venir ici. »

Ma pastèque est devenue un melon.

Le soir la maîtresse m’a dit qu’il avait été super et il était tout fier de me raconter qu’il avait dessiné notre famille, son père, moi, lui et même son petit frère mais qu’il ne nous avait pas fait de cheveux car il ne savait pas trop comment les dessiner mais qu’à la place on avait des longs bras.

Mon melon est devenu une orange.

Le lendemain, il était encore tout heureux de sa journée.

Mon orange est devenu un abricot.

Je pense que cet abricot ne s’en ira jamais réellement de moi mais je sais une chose : nous avons fait le bon choix !

ma breizh family

3 commentaires Ajoutez les votres
  1. Ho sa fait du bien de lire cela
    Au top pour loulou ❤
    Bon courage pour la suite mais je suis sur que tout iras bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *