J’ai trouvé le remède miracle pour Mon Petit Bigorneau

Voilà maintenant 3 mois que Mon Petit Bigorneau embellit un peu plus notre quotidien. Comme pour beaucoup de bébé ses débuts dans la vie ne se sont pas fait facilement.

Si tu me suis sur Instagram ou Facebook surtout tu as pu voir que j’avais beaucoup – beaucoup ! – partagé et échangé au sujet des nombreux soucis de MPB.

Si tu n’as pas suivi voici un petit récapitulatif rapide : A la maternité on avait comme lait du Gallia Calisma, en rentrant à la maison nous sommes passé sur du Picot 1er âge (lait que nous avions pour MPP). Il régurgitait déjà un peu et au fur et à mesure le nombre de régurgitations à augmenter, sur conseil du pédiatre nous sommes donc passé au Picot Epailis (formule épaissie) qui n’a que très peu ralentis les régurgitations, sur conseil du pédiatre – encore – nous sommes passé sur le Picot AR. Là, miracle, plus de régurgitations mais une constipation monstrueuse – déjà que le transit n’était pas super – et des coliques affreuses.
Nous avons donc pris la solution à base d’eau de chaux pour soulager les coliques et le cocktail de la solution plus le lait AR à bouché son estomac et les biberons ressortaient complètement.
Adieu la solution d’eau de chaux – et bonjour les probiotiques – et le pédiatre m’a conseillé de prendre le Gallia AR pour soigner les régurgitations et alléger la constipation… Sauf qu’après recherche j’ai découvert que c’est la caroube qui constipait mon bout de chou et de la caroube il y en a dans le Picot AR et dans…le Gallia AR !
Donc on a préféré passé sur le Gallia Premium Digest pour tenter d’améliorer les choses…

Enfin bref après 6 semaines et 5 laits différents, des régurgitations, une constipation importante, des gazs, des coliques, des heures et des heures de portage et de massages et j’en passe, je peux vous dire que j’en ai passé des soirées à pleurer en tentant par tous les moyens de soulager Mon Petit Bigorneau en vain…

J’ai donc beaucoup réfléchis et après la suggestion d’une copine j’ai décidé de me lancer dans un drôle de projet : l’allaitement pour Mon Petit Bigorneau.

allaitement tardif

Ceux qui me connaissent bien, ma famille et mes amies, ont été surpris par ma décision car loin d’être anti allaitement je ne suis pas pro allaitement non plus. Ça ne m’a jamais attiré ni pour Mon Petit Pirate, ni pour Mon Petit Bigorneau.

Mais voilà, il y autre chose que j’ai toujours dit c’est que si un jour ça devenait nécessaire pour la santé de mon bébé je le ferais. Et là j’ai senti que ça devenait nécessaire.

Je ne pouvais pas le laisser souffrir plus longtemps et je ne pouvais plus ignorer non plus les signes – oui je suis une fille qui voit et écoute les signes – : même 6 semaines après la naissance et 2 traitements pour couper les montées de lait j’en avais encore, MPB cherchait en permanence à attraper le sein et surtout la sensation qu’on ne trouverait jamais le lait parfait pour lui… Pourquoi chercher partout alors que finalement c’était sans doute moi qui détenais le lait parfait?! C’est donc devenu une évidence.

Après une mise à niveau rapide avec ma sage femme car je ne connaissais rien du tout à l’allaitement je me suis lancé.

Les premiers effets de l’allaitement se sont fait ressentir dans les 48h – oui je sais c’est rapide – car MPB avait l’air beaucoup plus détendu. J’ai la conviction qu’il s’est détendu car j’avais compris ce qu’il attendait de moi et les crises du soir se sont vite arrêtés, tout comme les coliques. En quelques semaines – environ 3 – le transit s’est régulé et les régurgitations ont totalement disparues (1 biberon rejeté en 6 semaines au lieu de 2 par 24h).

allaitement tardif

C’est pour cela aussi que je poste moins sur le blog car c’est un projet très prenant – je t’expliquerais ça dans un prochain billet – et aujourd’hui après donc un mois et demi je suis assez satisfaite du résultat obtenu.

Aujourd’hui j’arrive à assurer la moitié de son alimentation, nous faisons le complément avec le Picot Premium qui lui convient bien visiblement. Je ne suis pas encore rendu au bout de mon projet car j’aimerais vraiment réussir à assurer les 3/4 voir son alimentation complètement mais je suis aussi consciente que ça ne va sûrement pas être facile mais je ne lâche rien.

Au cours des 6 semaines écoulés ma relactation – c’est comme ça que ça s’appelle quand on relance la lactation – ne s’est pas faites simplement. En effet avec le deuil j’ai eu une coupure totale mais heureusement je ne me suis pas laissé faire, j’ai tenue bon et c’est revenu mais je te raconterai tout ça dans mon prochain billet.

Côté perso, j’aime bien la sensation que me procure l’allaitement, j’aime bien lui donner le sein mais en toute honnêteté je ne suis pas sur de pouvoir faire ça toute la journée, les tétées-câlins oui mais avoir la sensation d’être une pompe à lait ou une tétine géante ne me tente vraiment pas.

Voilà maintenant tu sais tout de ce fabuleux projet et de cette belle aventure dans laquelle je me suis lancé !

ma breizh family

/

/

/

PS : pour répondre à la question que beaucoup me pose : Non je ne me sens pas plus fusionnel avec MPB qu’avec MPP parce que je lui donne le sein, pour moi la « fusion » ne se pose pas là, je suis très fusionnelle avec MPP et je le suis déjà aussi avec MPB mais ça n’a rien à voir pour moi avec la façon dont je les nourris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *